La différence entre le divorce amiable et contentieux

Le droit positif rassemble toutes les règles de droit en vigueur actuellement. Il peut être scindé en deux : le droit public et le droit privé. Dans chacune de ces deux catégories, il y a encore d’autres subdivisions qui sont assez diverses. Celles-ci sont encore catégorisées en droit commun et droit spécial. Le droit administratif et le droit civil appartiennent ainsi au premier. Bien qu’il semble se détacher de ce dernier, le droit de la famille reste un ensemble de règles générales. Celui-ci régit les rapports entre membres de la famille.

Le divorce par voie contentieuse

Les valeurs défendues par la société européenne actuelle ont changé, ce qui a profondément modifié le Droit positif. Si auparavant l’État assurait rigoureusement la protection de la famille et limitait ainsi un bon nombre de libertés. Ainsi il était impossible pour les époux de divorcer tout simplement parce qu’ils ne s’apprécient tout simplement plus. Il fallait avoir un motif légitime qui prouve la détérioration de la communauté de vie. Dans ce cas le juge n’accorde le divorce que dans des conditions strictes. Avant de prononcer le divorce, il devait encore tenter une réconciliation. Le divorce amiable n’a pas abrogé le divorce par faute. Ceux qui cherchent la meilleure procédure peuvent s’intéresser à la question de comment faire appel au bon avocat à perpignan.

Le divorce par consentement mutuel

Le divorce à l’amiable était une forme de révolution dans le droit positif. Il traduit la volonté de l’État à accorder plus de libertés aux citoyens. En effet le mariage perd de plus en plus la qualité d’institution protégée par l’État et revêt plus le caractère d’un contrat. Cela signifie qu’il est régi par le principe d’autonomie de la volonté. Si les époux peuvent librement contracter mariage, ils sont logiquement en droit de se séparer. Cependant, le divorce par consentement mutuel est soumis à de nombreuses conditions. Mais il est beaucoup plus simple et plus rapide que le divorce par faute.

Le rôle de l’avocat dans le divorce

Récemment une autre réforme tend à faciliter encore plus le divorce amiable. Les époux n’ont plus besoin d’aller devant le juge pour divorcer désormais. Il suffit qu’ils consultent un notaire. Le divorce devient donc un acte notarié et non plus un jugement. C’est là que l’avocat joue un rôle important. Il est chargé de prouver au notaire la réunion de toutes les conditions requises pour parfaire le divorce. Dans le cas d’un contentieux, l’avocat est chargé de plaider pour l’un des époux. Il effectue son travail traditionnel de plaidoirie. Il assure donc le suivit du dossier de son client et met tout en œuvre pour l’avantager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *